Projet ESPORANTO, faire du sport un langage universel

  

Projet ESPORANTO, faire du sport un langage universel.

 

 Créer un tout nouveau jeu européen en seulement 5 jours : Tel est l’objectif ambitieux que se sont fixé les participants à l’échange de jeunes européens dans le cadre du projet ESPORANTO.

 

 

L’office intercommunal des sports du pays de Redon et la Fédération d’animation rurale en pays de Vilaine sont à l’origine de ce projet. Ces deux structures ont en point commun la volonté de proposer aux jeunes des projets motivants et innovants. L’objectif étant de se servir du sport comme vecteur de socialisation et d’inclusion.

De cet objectif commun est née la volonté de faire émerger un projet visant à permettre à de jeunes majeurs de toutes conditions de se réunir autour de la thématique du sport : Le projet ESPORANTO est alors né.

 

7 jeunes français (et 4 encadrants), 5 jeunes espagnols (et 2 encadrants) et 5 jeunes italiens (et 3 encadrants) se sont donc réunis du 18 au 24 mai à Derval. Parmi eux, des personnes en situation de handicap mental, des personnes en situation de handicap psychique, des personnes en situation d’exclusion sociale, des valides. Bref, des personnes de tous âges, de nationalité différente, de tous profils et conditions se sont rencontrées pour inventer le premier jeu traditionnel européen accessible à tous et partout.

 

Le point de départ : Les sports et jeux traditionnels pratiqués dans chacun des trois pays, présentés par les jeunes et encadrants (du pays concerné) au reste du groupe. Ces activités proposées ont permis de faire émerger les composantes indispensables à la création d’un jeu et surtout des points communs, des éléments à conserver, d’autres à éliminer, etc. Des échanges sur les règles et des tests pratiques ont permis petit-à-petit de faire émerger un nouveau jeu.

 

Ce dernier a été mis à l’épreuve des jeunes CM2 de l’école Sainte-Marie de Guémené Penfao le lundi 23 mai. L’ensemble des encadrants européens ont pris en charge la séance, les jeunes y ont pris part avec les enfants qui ont de suite accroché avec le jeu (« c’est trop bien », « il ne reste plus qu’une demi-heure ? »). Brigitte Daouadi, Chargée de Mission Échanges de Jeunes et Mobilité des Acteurs de Jeunesse pour l’agence Erasmus+ France Jeunesse & Sport était présente à cette matinée. Elle s’est dite « impressionnée par le projet », a souligné le caractère inclusif de ce dernier, et en a même fait un exemple d’échange de jeunes européens réussi.

 

Reste maintenant à faire évoluer le jeu, à lui trouver un nom et à en faire la promotion en France, en Espagne et en Italie. L’ensemble des participants se sont dits ravis de cette semaine et ont tous émis le souhait de renouveler l’expérience. Le projet ESPORANTO 2 est déjà dans toutes les têtes.